top of page
Rechercher

La question centrale de la normalité




Une des questions les plus fréquemment posées en séance de psychothérapie est la suivante : « Est-ce que c’est normal que…?» Derrière ce questionnement, se cache souvent un besoin de réassurance. La légitimité est au cœur de cette interrogation.


Chaque pensée émanente est légitime


Quelle soit violente, amère, cupide ou coupable, chaque pensée possède une légitimité. Si un désir de vengeance se manifeste, c'est que la personne à l’origine de la pensée estime avoir subi un préjudice. Dans le système archaïque, le seul moyen de soulager la tension interne est de la renvoyer à l’expéditeur à la même hauteur. Cependant, la vengeance ne réglera pas le problème initial. Idéalement et dans les actes, elle devra être contenue et transmutée en acte réparateur.


Accepter et favoriser l’inclusion et la réassurance


Rassurer l’interlocuteur en lui faisant prendre conscience que d’autres ont ce type de pensées le mettra à l’abri du très destructeur sentiment de rejet. L’inclusion, l’acceptation et le non-jugement sont trois clés majeures pour apaiser le conflit interne entre la pression de la pensée se manifestant et l’auto-jugement chez la personne émettrice de la pensée.


Toute pensée trouve son origine dans l’histoire consciente ou inconsciente


Chaque émanation spontanée de l’esprit a sa logique infaillible et indiscutable. Chaque individu a son histoire et ses programmations. Ses pensées suivent une dynamique cohérente du point de vue structurel de l'individu. C’est ainsi que bien qu’une réaction à cette pensée exprimée puisse

jaillir chez l’écoutant, le jugement verbalisé en réponse ne peut, en aucun cas, être pertinent.


Vers une possible maîtrise


Toute pensée négative est une tentative instinctive de rééquilibrage de la psyché en rapport avec la réalité vécue dans l’instant. Il est donc totalement aberrant de la contrôler et de la juger. Une démarche d’acceptation et la reconnaissance du contenu sera bien plus productive sur le long terme : elle permet l’ouverture sur une potentielle solution à mettre en œuvre.


Accepter, libérer et trouver le message caché


Derrière toute pensée se trouve verrouillée une option à envisager avec sérieux. Si la pensée est de nature critique, il est pertinent de se poser la question de ce à quoi renvoie le contenu sur le plan personnel. Car toute la réalité ne peut être perçue que d’un point de vue autocentré. Dès lors, toutes les pensées, les façons de faire et les comportements sont acceptables à partir du moment où les limites fixées par l’environnement extérieur sont respectées. Il sera toujours temps de travailler, en partenariat avec un thérapeute pour analyser ou se détacher des pensées

lorsqu’elles perturbent le bon fonctionnement de l’individu.


Julia Tomasini


39 vues0 commentaire

Comments


bottom of page